image_pdfimage_print

Contextes

En France, les attentats des années 2015/2016 restent le symbole d’une sidération collective face à de nombreuses fractures et clivages qui travaillaient pourtant nos sociétés depuis des années. Le départ en Syrie et Irak de nombreux jeunes et familles partis rejoindre l’État Islamique ont sidéré les esprits : qu’allaient-ils chercher là-bas ? Un ”fantasme des origines” ? Une revanche historique ? Le besoin d’être utile ? De décharger sa haine ? D’obéir à une ”instance supérieure” ? D’aller au paradis ? Le mot ”radicalisation” commença à envahir les discours. 

Face à de nombreuses confusions, de nombreuses connaissances furent sollicitées, en essayant d’identifier les aimantations entre échelle individuelle (psychisme, pulsionnalité, affectivité,  représentations…) et échelle collective (histoire des sociétés et des religions, histoire des idées, géopolitique, sociologie…). Mieux comprendre la religion musulmane, son histoire et ses courants était nécessaire. Cette transversalité entre connaissances demande de développer une culture générale dans plusieurs domaines, et de ne pas ”s’enfoncer” dans un seul type d’explications (voir schéma ”radicalisations, une approche transversale).

Une résilience collective fait tenir les liens, grâce à tous ceux qui cherchent à comprendre ce qu’il se passe, à croiser éclairages intellectuels, actions sur le terrain, citoyennetés et réflexions sociétales. 

La jeunesse pose question : ce qu’elle devient, ce qu’elle pense, qui la pense, qui lui propose des ”prêts à penser” (politiques et religieux) ou l’invite à ”apprendre à penser” et à prendre du recul. Bien sûr, internet… et les discernements nécessaires.

Enfin, l’histoire de nos sociétés depuis le 18ème siècle, et des mentalités qui en découlent, semble se re-présenter à nous. Depuis la crise financière de 2008/2010, une poussée de changements oeuvre (2011 : printemps arabes, mouvement des Indignés, occupe Wall Street… mais également daesh et d’autres fanatismes). Le numérique et aujourd’hui l’intelligence artificielle transforment profondément l’activité humaine et le duo emploi/revenu sur lequel elle s’était construite depuis 2 siècles. 

Cette ”crise du système”, structurelle, évoque une métamorphose qui pourrait déboucher sur des mutations aussi historiques que les révolutions politiques et sociales de la fin du 18ème siècle. Elle ne se pense pas avec quelques pansements, mais avec une capacité d’innovation inédite.

Un paysage étant posé… ”Penser avec le monde, ressentir avec l’autre, agir en son lieu”, chacun là où il peut.

Un état d’esprit dans la manière de penser ressources et outils

”Comprendre, non pas ce qui est dit,
mais ce qui fait dire à chacun ce qu’il dit,
et à travers ce qu’il dit et comment il le dit,
ce qui lui fait penser ce qu’il pense.”
Abdelmalek Sayad 

Cette citation introduit un état d’esprit : celui de prendre le temps d’écouter les sous-textes en décryptant ce que les discours individuels et récits collectifs racontent (les croyances sous-jacentes, l’inconscient culturel, les ressentis…), 

Quelques exemples :
– Quand un jeune pense que la laïcité a été inventée il y a quelques années pour lutter contre l’Islam, il y a souci…
– Quand le courant sectaire wahhabite (18ème siècle) a colonisé l’Islam au point de se présenter comme étant LA tradition des salafs, des anciens, il y a souci…
– Quand certains croyants pensent que les athées n’ont pas de valeur puisqu’ils ne croient pas en Dieu, il y a souci…
– Quand les postures de toute puissance et le sentiment d’impunité se multiplient (dans tous les milieux), il y a souci…
– Quand les parents n’ont pas de connaissances sur le développement psycho-corporel et psycho-social de leurs enfants, il peut y avoir souci…
– Quand la valeur républicaine d’égalité n’est pas concrètement pratiquée et ressentie, il y a souci…
– Quand il y a une tendance à généraliser (”tous les…”, ”au nom de…”), il y a souci…
– … 

 

 

 

Monde intérieur – Monde extérieur

Nos propositions partent d’une réflexion sur l’aimantation entre le monde intérieur d’une personne ou d’un jeune (perceptions, émotions, représentations intérieures…) et le monde extérieur (les événements, la manière dont chacun y réagit, et les récits collectifs qui circulent sur le passé, le présent ou l’avenir).

Si récits intérieurs et récits de l’extérieur se font écho, nos éclairages concernent ce lien entre radicalisations affectives et radicalisations idéologiques, en apportant des récits de connaissance contribuant à éclairer, et à désamorcer, l’imbrication et l’effet-miroir qui aimante ces deux facettes.

  • L’histoire et histoire(s) du fait religieux et des sociétés, à partir de connaissances qui aident à prendre du recul et qui permettent parfois de sortir d’un sentiment de sidération face à des discours qui font « masse » et « coup de massue ».
  • L’histoire et histoires(s) du développement psycho-social d’une personne, en prenant appui sur la période qui va de la naissance à l’âge de 21 ans (symbolisant le passage dans une âge « adulte »). Mieux partager des connaissances en psychanalyse et psychologie contribue à une meilleure prévention de certains risques et à apporter des ressources ajustées au bon moment.

Pour qui, avec qui

Les récits et propositions du Cerese s’adressent :
aux jeunes, dans un cadre éducatif et social, en ramifiant avec les familles et l’environnement
aux professionnels de l’éducation, du social et du soin, associatifs ou institutionnels
et toute personne intéressée.
Quand un atelier a 2 versions (professionnels / jeunes), les contenus sont remaniés en fonction des âges. Plusieurs ateliers peuvent mélanger les publics, notamment les jeunes et les professionnels qui travaillent avec eux, et l’intergénérationnel.

Tisser des liens 

entre une écoute du terrain, de ce qui se vit, et la recherche-action en collaboration avec des chercheurs,
entre les jeunes, adultes, familles, citoyens, professionnels et institutionnels,
entre les domaines du soin, de l’éducation et du social, de l’entrepreneuriat et de la création,
entre le micro et le macro, ce qui a lieu sur le terrain et ce qui se joue dans les institutions.
en renforçant notre intelligence de situation et nos ressources dans des situations parfois délicates.

Les propositions

Ateliers collectifs (formats de 1,5 h à ½ journée)

Les ateliers sont accompagnés de livrets pédagogiques destinés aux participants.

  • Islam, Histoire et histoire(s). Le Coran au 7ème siècle et l’Islam depuis le 18ème abordés au prisme de l’histoire et de l’anthropologie (Cerese) – Article
  • Aimantations. Pourquoi une aimantation entre blessures de l’être et radicalisations idéologiques / religieuses ? (Cerese)
  • Identité narrative, identifications et appartenances multiples » (Cerese + Anthropos Cultures Associées) – Article
  • Comment parler tranquillement de religions aujourd’hui ? (Cerese) – Article
  • Apaiser I. Les bases de la sophrologie. Prévention et résilience (Cerese) – Article
  • Apaiser II. Apaiser les blessures de l’être, les clivages et la haine (Cerese) – Article
  • Comment calmez-vous les enfants stressés, angoissés ou parfois agressifs ? (Cerese)
  • Le Un, le Binaire et le Tiers. Récits autour des compétences affectives et sociales (Cerese) – Article
  • L’adolescence et le passage du besoin au désir socialisé (Cerese) – Article

Formation (2 jours)

  • Penser, ressentir et agir face aux radicalisations (Cerese + Anthropos Cultures Associées) – Article
    Avec livret pédagogique (fil conducteur de la formation, ressources et biblio)

Éditions, productions

  • Livrets pédagogiques sur les différents thèmes abordés.
  • Fichier audio de séances de sophrologie pour pratiquer de manière autonome
  • Livre ”Propositions pour apaiser les blessures de l’être, les clivages et la haine” (2019)
  • 2ème version du film « Aimantations » (2019)

Groupe de réflexion collective, recherche / action 

  • Le groupe « PRA – Penser, ressentir et agir ». Une dynamique interprofessionnelle pour un partage de ressources et la création d’actions communes – Article
  • Contribution à deux groupes de réflexion sur l’esprit critique du Rectorat Aix-Marseille :
    • La croyance des élèves et l’enseignement du fait religieux.
    • Du fracas du monde à l’intimité de la classe.

Invitation de chercheurs et auteurs, événements publics

  • Au fil de l’année, avec des partenaires, nous invitons des personnes qui peuvent enrichir de leur regard et connaissances les sujets abordés.

Soutenir des démarches positives autour des questions de pouvoir d’agir

  • Enfin, parce que le sentiment d’impuissance et d’inutilité sociale contribue largement à nourrir les rancoeurs et les angoisses, et peut faire basculer sur « le plan de l’être absolu » (et des identités absolues), au fil des partenariats, Le Cerese peut soutenir des initiatives d’autres structures et acteurs, qu’elles concernent le plan personnel (s’apaiser et aiguiser un esprit critique), relationnel (dialogues, co-créations, projets), social (participation et pouvoir d’agir) ou de diffusion de connaissances (conférences, rencontres…).

 


L’objet social du Cerese : « Contribuer à favoriser le vivre ensemble, à lutter contre les radicalisations et les décrochages scolaires, relationnels et sociaux. Pour cela, Le Cerese développe des actions en faisant le lien entre le soin, le social, l’éducation, l’innovation sociale et sociétale, les sciences humaines, la création et la recherche. Il produit et diffuse des connaissances, des expériences et des outils qui participent à une approche pluri-disciplinaire de l’être humain et de son évolution dans une société en mutation. Le Cerese mène des recherches sur la mémoire, la conscience et les devenirs, et sur les processus de paix au niveau personnel et collectif. Il met en œuvre des collaborations et des actions, ateliers, formations, rencontres, conférences, colloques, productions écrites, vidéos, créations, centre de ressources… permettant d’échanger ces recherches et de les diffuser, en favorisant les mixités sociales, professionnelles, intergénérationnelles… Et développe les moyens humains et matériels, les partenariats et collaborations nécessaires à la réalisation de ces objectifs… »